Identifie Toi     Inscris Toi

jeudi 16 juin 2011 par Le Patriote

Hier, nous parlions des mèleries . Mais sous la refondation, il y a eu pire que cela. Les mèleries consistaient- à empoisonner le bon peuple de Côte d'Ivoire, lui bousiller les poumons pour le laisser mourir à petit feu. Une mort est une mort, certes, mais celle que donne la brunoterie est plus rapide et plus violente. C'est à bout portant que les adeptes de cette méthode exécutent leurs victimes. Cela va de soi parce que celui qui a donné son nom à cette tuerie rapide et violente est un général. Vous savez de qui nous parlons. Ses adeptes expliquent qu'il est extrêmement dangereux que la nouvelle d'une arrestation d'un opposant ou supposé comme tel, lui parvienne à l'oreille. Le général trois étoiles n'hésitait pas un seul instant. On entendait son ordre vociféré : Débarrassez-moi de ce mec ou de cette dame ! . Un ordre bien militaire qui ne souffrait d'aucune ambiguïté. Et les crépitements suivaient. La brunoterie a endeuillé des familles et des régions entières.

C'était à celui qui truciderait le maximum d'indésirables. Jusqu'à présent, des mois après son arrestation, l'on continue de découvrir des corps encore des corps des personnes dont le destin a croisé celui du haut gradé ou de l'un de ses sbires. Quand ces tueurs opéraient en toute impunité, parfois avec la bénédiction de l'opposant historique, le beau pays du bon peuple de Côte d'Ivoire était devenu une jungle où l'homme était devenu un vrai loup pour l'homme. Aujourd'hui, les partisans du président sortant qui voulait usurper le pouvoir, sont très mal placés pour dresser des listes macabres des personnes décédées qui auraient été tuées par des soldats venus libérer le pays de la mort et des tortures. Hier, ces défenseurs des Droits humains restaient cois devant la barbarie des éléments du général trois étoiles.

Si hier, ils s'étaient joints à ceux qui pleuraient leurs morts et dénonçaient ces pratiques meurtrières, le pays n'en serait pas là. Pendant de longues années, leurs concitoyens ont vécu des horreurs sans recevoir d'eux, la moindre compassion. Ils sont les premiers responsables des morts qu'ils comptabilisent dans les villages. Ce n'est pas par des larmes de crocodile qu'ils arriveront à attendrir l'humanité. Ce n'est pas non plus en criant plus fort qu'ils seront lavés de leurs péchés. C'est bien leur régime qui a fait basculer le pays dans les tueries et règlements de comptes inutiles. Leur conscience se chargera de chaque mort qu'ils découvriront dans le bosquet, dans les maisons ou dans les fosses. Le bon peuple de Côte d'Ivoire a de la mémoire, ne l'oublions pas !


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur