Identifie Toi     Inscris Toi

mardi 22 mars 2011 par Le Patriote

Encore deux semaines de perdues ! Cela fait 12 jours que l'UA a rendu ses décisions contraignantes concernant la résolution pacifique de la crise ivoirienne. Pour bien faire les choses et surtout, pour ne pas perdre du temps, l'organisation panafricaine a annoncé la nomination d'un Haut représentant. Ce dernier devrait se rendre au bord de la lagune Ebrié pour suivre la mise en ?uvre de ce qu'a décidé le panel des cinq chefs d'Etat mandatés par leurs pairs de l'Union, afin de résoudre l'imbroglio ivoirien. Les Ivoiriens s'attendaient donc à voir ce haut représentant débarquer à Abidjan juste après l'annonce des résultats de la médiation qui a reconnu Alassane Ouattara comme seul président légitime de Côte d'Ivoire. Tout en lui demandant de former un gouvernement d'ouverture. En tout, à partir de la date du 10 mars où le panel a rendu ses conclusions lors de la réunion du Conseil de Paix et de Sécurité (CPS), à Addis-Abeba, l'UA a donné deux semaines pour l'application de ses résolutions dites contraignantes pour chaque parti. Outre la reconnaissance du Président élu et la formation d'un gouvernement d'union et de réconciliation nationale, le CPS a également demandé au nouveau chef de l'Etat de mettre en place un Conseil National de Sécurité pour superviser les processus de désarmement, démobilisation et de réinsérassions et de mise en place de la nouvelle armée, ainsi que d'un Haut Conseil de la République pour la promotion de la réconciliation nationale. Le CPS a aussi recommandé la réforme du cadre normatif et institutionnel régissant les élections, y compris la CEI (Commission Electoral Indépendante) et le Conseil Constitutionnel et la prise des mesures d'apaisement et de confiance.

Le délai de l'UA arrive à échéance le 24 mars prochain, soit dans trois jours. Et pourtant, toujours point de trace du Haut représentant. Celui-ci n'a même pas encore été nommé officiellement par l'UA. Même si le Président Henri Konan Bédié a laissé entendre que ce pourrait être le Président Teodoro Obiang N'Guema de la Guinée équatoriale et Président en exercice de l'UA. L'UA va donc griller deux semaines de plus. Cela, sans compter les deux mois qu'elle a déjà fait perdre dans la résolution de la crise. Car, il faut dire que depuis que l'UA s'est saisie du dossier à la date du 24 janvier 2011, toutes les organisations internationales (UE, ONU) et sous-régionale (CEDEAO) ont mis en veilleuse leur action. C'est donc dire qu'elle n'a pas le droit d'échouer en Côte d'Ivoire.
Mais en entendant que l'UA ne daigne nommer enfin son Haut représentant, il faut dire que la situation urge sur le terrain. De la date du 11 mars à ce jour, la situation s'est même empirée sur le terrain. Le président sortant qui refuse de se plier aux décisions contraignantes de l'UA continue de massacrer la population. Le bilan des morts selon l'ONUCI est passé de 300 à 460 morts. Les milices et les mercenaires de Gbagbo Laurent font la chasse aux militants RHDP dans les quartiers. Devant ces morts atroces et l'insécurité grandissante, les populations fuient par vague Abidjan. Les Ivoiriens se demandent pourquoi l'UA ne réagit pas devant le refus du Camp Gbagbo d'appliquer les décisions contraignantes. Ils se demandent si l'Organisation a vraiment les moyens pour imposer ses décisions aux protagonistes de la crise, surtout que le camp du Président perdant n'a pas caché son opposition à ces décisions. D'ici la date du 24, nous en saurons certainement plus.

Dao Maïmouna


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur