Identifie Toi     Inscris Toi

jeudi 10 mars 2011 par Nord-Sud

De passage à Paris, la semaine dernière, à la faveur de la visite du président Sud africain, Jacob Zuma , chez Nicolas Sarkozy, Maîte Nkona-Mashabane, chef de la diplomatie sud-africaine a évoqué les rapports entre Paris et Pretoria lors d'un entretien accordé à l'hebdomadaire Jeune Afrique. La France est un partenaire stratégique. Nous entretenons d'excellentes relations commerciales, il y a plus de 120 entreprises françaises en Afrique du sud, et nous parlons d'une même voix sur la question de la réforme du Conseil de sécurité de l'Onu , a-t-elle ajouté. En tout cas, c'est une belle pierre dans le jardin des francophobes et autres souverainistes Sarkophobes, qui se guignolisent dans les agoras d'Abidjan et sur les antennes de l'ex-Rti devenue LMP TV. Eux qui ont toujours pensé que Zuma était un allier de poids pour attaquer Sarkozy, qui n'a pourtant pas participé au scrutin du 28 novembre, qui a vu la victoire d'Alassane Ouattara. La diplomate s'est également prononcée sur la crise ivoirienne. La Côte d'Ivoire se trouve en Afrique de l'Ouest. Sur le continent, nous gérons nos problèmes à travers nos blocs régionaux. La crise ivoirienne est suivie par la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao). L'Afrique du Sud, elle appartient à la Communauté de développement de l'Afrique australe (Sadc) , a-t-elle tenu à préciser. A la question de savoir comment Zuma s'est retrouvé dans le panel des 5 chefs d'Etats mandaté par l'Union Africaine, voici sa réponse : au sein de l'UA, c'est le Conseil de Paix et sécurité qui s'occupe du dossier ivoirien. L'Afrique du Sud en est membre. Il fallait choisir cinq chefs d'Etats pour représenter chacune des cinq régions du continent, et c'est comme cela que Jacob Zuma s'est retrouvé dans le panel . Voilà qui est clair.

Kouakou Liza


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur