Identifie Toi     Inscris Toi

jeudi 17 fevrier 2011 par L'intelligent d'Abidjan

Le Conseil National Islamique (CNI) a célébré dans la nuit du lundi 14 au mardi 15 février 2011 le Mawlid 2011. Dans son traditionnel sermon, son président le Cheikh Ul Islam Idriss Koné (Koudouss) a invité les Ivoiriens à transformer l'héritage de la déchirure nationale en force pour la cohésion post-crise. Avant de se défendre d'être un religieux-politicien. Mieux, de rouler pour le leader de La Majorité Présidentielle (LMP) en l'occurrence Laurent Gbagbo.

Annoncé sur fond de dissension et de confusion au sein de la communauté musulmane de Côte d'Ivoire, le Mawlid 2011 a été officié par le CNI à la mosquée Bilal de Yopougon dans la nuit du lundi 14 au mardi 15 février 2011. Devant une assistance modeste, l'Imam Idriss Koudouss, entouré à cette occasion de culte d'une délégation du Forum des confessions religieuses, a instruit ses coreligionnaires sur la portée de la célébration de l'anniversaire du sceau des messagers , le prophète Mohamed (SAW). Pour le dignitaire religieux, cette commémoration justifie la vénération et l'amour que les musulmans vouent au glorieux prophète (SAW) et qu'elle traduit le souvenir du passage de l'obscurité à la lumière, de la mort à la vie de toute l'humanité. C'est une occasion à nous offerte afin que Dieu inspire les habitants de notre pays à transformer leur passé divisé en un avenir partagé. Car en Côte d'Ivoire, la commémoration de cette naissance se fait dans un contexte particulier de crise sociale dont la communauté nationale souhaite la résolution rapide et durable , a-t-il affirmé. Tout en priant le Seigneur pour que le mardi 15 février 2011, jour de Mawlid 1432 soit le prélude d'une période de paix véritable, dans la fraternité et l'unité retrouvée entre les populations vivant en Côte d'Ivoire , il a souligné que les suppliques adressées à Dieu ne seront exaucés que si les Ivoiriens font l'effort d'adapter leur quotidien à la vertu. Dieu exaucera nos prières dans la mesure où nous faisons l'effort d'adapter notre quotidien à la vertu. Oui, même en dehors des lieux de culte, notre attitude doit se donner pour devoir, la conformité de l'ensemble de nos actions quotidiennes en tant qu'application des préceptes énoncés par Dieu. Cela suppose que nous nous affranchissions de nos buts particuliers, de nos désirs, des tendances de notre sensibilité personnelle, de la quête inlassable du bonheur matériel, autant de raisons de notre éloignement de cette loi divine , a-t-il clarifié. Sur le point de l'accusation de rouler pour le candidat de la Majorité présidentielle, le leader du CNI a plaidé non coupable et s'est défendu d'être un guide religieux-politicien. Mieux, il a fait remarquer que tous les serviteurs de Dieu qui sont résolument engagés dans la cause divine en toute indépendance des acteurs politiques, ont de tout temps fait l'objet de délation, de dénigrements d'attaques gratuites, malveillantes,. Dans le dessein de les discréditer. Depuis 10 ans, je suis dénigré. Mais je suis là et je tiens la barre. Je suis dans ma mosquée, je suis chez moi à la maison.

Si je faisais parti d'une formation politique, je ne serai pas à la maison. J'aurais fui pour aller me cacher dans un hôtel comme d'autres. Moi, je n'ai pas fui pour aller dans un hôtel. Je n'ai pas abandonné ma communauté et mes fidèles. Je dis ce que je veux à tout le monde parce que je ne suis ni LMP, ni RHDP. Si on ne m'insulte pas, qu'est ce que je dirai à Dieu le jour de la rétribution ?

Un jour viendra où tous ceux qui me dénigrent, où même ceux qui m'ont insulté dans leur c?ur, rendront compte. Moi, je ne crains rien. Car ce sont des ignorants. Ils ne connaissent rien. Il faut les laisser avec leurs péchés. Ils peuvent dire tout ce qu'ils veulent. Mais, il ne faut pas se mettre à leur niveau. Nous commémorons aujourd'hui le sceau des Prophètes. Et l'histoire de notre religion atteste bien à propos que tous les grands serviteurs de Dieu ont été calomniés. Donc je ne répondrai à personne. Car nul n'est jugé sur l'autel des commérages mais des actes. Notre religion l'Islam doit faire taire en nous les fausses ambitions dictées par notre vanité et notre désir de nous faire voir. Soyons ces bienheureux qui auront supporté l'épreuve avec succès. Nous serons de ce fait les gagnants, héritiers de l'empire de la vie éternelle dans un paradis aussi vaste que la terre et les cieux , a-t-il instruit. Bien avant, le président du Forum, le Pasteur Ediémou Jacob a souligné que la Côte d'Ivoire a besoin de prière dans l'unité pour sortir de la crise postélectorale.

Aussi, a-t-il invité la direction actuelle du Cosim à taire le conflit de leadership et revenir au tandem entre les deux structures comme ce fut le cas sous le mandat du Cheikh Anzoumana Konaté. Notons que ce Mawlid a été marquée par la lecture des 144 sourates du noble coran et quatre conférences publiques.

M Tié Traoré


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur