Identifie Toi     Inscris Toi

lundi 14 fevrier 2011 par Ivoire-Presse

Exportateurs, industriels, acheteurs et producteurs de la filière anacarde ont décidé de jouer leur partition dans l'assèchement financier du régime usurpateur de Laurent Gbagbo. Pour contraindre le candidat malheureux de la Lmp à se plier à la volonté de son peuple à l'issue de la présidentielle du 28 novembre, ces acteurs de la commercialisation de la noix de cajou, à l'issue de leurs travaux visant à baliser la campagne 2011, ont opté pour une interdiction des exportations de leurs produits, via les infrastructures portuaires contrôlées actuellement par l'ancien régime. C'était le week end dernier, à la salle de conférence de la mairie de Katiola. L'unique point à l'ordre du jour à porté sur le lancement de la campagne 2010-2011 du cajou. L'ensemble des acteurs de la filière réaffirme son attachement aux autorités légitimes de la République de Côte d'Ivoire et à son président, Sem Alassane Dramane Ouattara. Les collèges exigent en conséquence l'interdiction des exportations du cajou à l'instar du café et du cacao. Afin que cette importance production ne contribue pas au financement d'un régime illégitime , a noté la déclaration finale de la rencontre. Pour le président du Comité de suivi coton anacarde, (Csca), avec ce gel des exportations occasionnera un manque à gagner d'environ 4 milliards de francs Cfa, pour les caisses du gouvernement Aké N'Goh. Les mesures économiques pour faire partir Gbagbo portent leur fruit. Ils vont semblant de tenir. Le port d'Abidjan va fermer bientôt. Les gens sont pressés d'ouvrir la campagne pour se faire du sous. Il y a le feu en bas. Ils veulent respirer un peu, car, ils n'ont plus de cache pour payer les militaires. Ils ont peur d'une révolte. L'Etat à 10 frs sur chaque kilogramme. Pour 400 000 tonnes, c'est environ de 4 milliards. On a été contraint d'anticiper, pour ne pas que l'imposture prospère , a indiqué Soro Alphonse. Pour le conseiller spécial du Premier ministre Guillaume Soro, le blocus du Golf hôtel est intolérable et doit prendre fin. Depuis des mois, le président élu par les Ivoiriens et son gouvernement, l'ancien président Henri Konan Bédié, vivent sous blocus. Ce n'est pas normal , a décrié Soro Alphonse. Le président de la coordination des producteurs de cajou de Côte d'Ivoire, Koné Nalourou s'est également insurgé contre le blocus imposé au pouvoir légitime par le président déchu. Sur les candidats, le président Ouattara a été le seul à se prononcer sur la question de la filière. Nous comptons sur lui, pour les prix de nos produits soient valorisés , a dit Koné Nalourou.

Marcel Konan

Correspondant régional



RENCONTRE DE LANCEMENT DE LA CAMPAGNE CAJOU 2010-2011



DECLARATION FINALE

L'ensemble des acteurs de la filière anacarde (exportateurs, industriels, acheteurs et producteurs) s'est réuni ce samedi 12 février 2011 de 9 heures à 14 heures, à la salle de conférence de la mairie de Katiola.

La rencontre présidée par M. Alphonse SORO Tiorna, Conseiller Spécial chargé de l'Agriculture et des Ressources Halieutiques et Président du Comité de Suivi Coton Anacarde (CSCA), a enregistré la présence distinguée des autorités préfectorales, communales et des Forces Nouvelles, ainsi que celle massive des chefs traditionnels et religieux du département.

L'unique point à l'ordre du jour a porté sur le lancement de la campagne 2010-2011 du cajou.

A l'issue de ses travaux, la rencontre :

- se félicite de l'excellente initiative d'organiser le lancement de la campagne dans les zones de production de l'anacarde, après de longues, patientes et indispensables consultations avec tous les acteurs dans leur diversité, visant à prendre en compte les préoccupations et avis de toutes les parties ;

- recommande aux autorités d'engager dans les plus brefs délais la réforme de la filière cajou, afin de la doter d'organisations coopératives fortes et crédibles ainsi que d'une nouvelle interprofession légitime ;

- décide que le prix minimum bord champ de la campagne 2010-2011 est fixé à 300 frs CFA et que celui-ci devra évoluer selon les exigences du marché ;

- engage l'ensemble des acteurs de la filière et le Comité de Suivi Coton Anacarde (CSCA) à prendre toutes les dispositions nécessaires pour le respect de ce prix et pour une campagne bénéfique à tous ;

- demande aux autorités des Forces Nouvelles d'apporter leur appui au bon déroulement de cette campagne par toutes mesures visant la réduction et l'harmonisation des taxes et de la fluidité ;

- recommande au CSCA de prendre des dispositions pour le financement des activités et le renforcement des capacités opérationnelles du mouvement coopératif ;

- affirme son attachement aux autorités légitimes de la République de Côte d'Ivoire et à son Président SEM Alassane Dramane OUATTARA ;

- demande en conséquence l'interdiction des exportations du cajou à l'instar de la filière café cacao afin que cette importante production ne contribue pas au financement d'un régime illégitime ;

- décide de la mise en place d'un mécanisme de suivi régulier de la campagne 2010-2011, à travers un comité de veille tripartite (Corps Préfecoral, CSCA, FAFN) qui devra proposer toute mesure que l'évolution de la situation exigera.

Fait à Katiola, le 12 février 2011

LA RENCONTRE


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur